AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les perroquets et la télépathie

Aller en bas 
AuteurMessage
fleur
Administratrice
avatar

Féminin
Cancer Serpent
Nombre de messages : 4204
Age : 29
Localisation : Le Havre/Poitiers
Emploi/loisirs : Etudiante en Management International spécialité Asie
Date d'inscription : 14/03/2008

MessageSujet: Les perroquets et la télépathie   Jeu 1 Jan - 21:42

PERROQUETS ET TELEPATHIE


Docteur en Sciences naturelles de l’Université de Cambridge, Rupert Sheldrake est chercheur titulaire à l’Institut des Sciences noétiques de Californie. Il est mondialement connu grâce à sa théorie des «champs morphiques» qu’il lança il y a plus de 20 ans. Ses recherches pourraient expliquer des phénomènes jusqu’ici inexplicables comme la télépathie, la prémonition ou simplement la constance des formes vivantes.

Il relate notamment une expérience étonnante mettant en scène un perroquet doué de télépathie.

«Ils (les perroquets) sont plus impressionnants que les chiens et les chats, car si ces derniers peuvent nous montrer ce qu’ils ressentent par leur comportement, les perroquets télépathes, eux, le font avec des mots.

Le plus doué des perroquets parleurs et télépathes que je connais vit à New York. Il appartient à une artiste, Aimée Morgana, qui avait été impressionnée par les travaux d’Irène Pepperberg, une scientifique américaine qui a étudié le langage des perroquets en Afrique et prouvé que ces oiseaux comprennent le sens des mots qu’ils utilisent. Elle travaille actuellement au MIT et a publié un livre énorme dans lequel elle montre que les perroquets sont capables de former des concepts. C’est nouveau et important.

Jusque là, la plupart des recherches sur l’intelligence animale étaient axées sur le travail des chimpanzés notamment et partaient de l’à priori que les formes d’intelligence supérieure nécessitent un gros cerveau. Aucun chercheur ne pensait que les perroquets pouvaient être intelligents. Or, ils le sont et leur cerveau est petit…

Partant de ces données, Aimée Morgana a entraîné son perroquet. Quand j’ai fait sa connaissance en 2000, celui-ci avait un vocabulaire d’environ 800 mots. Ayant lu mon livre, elle m’avait envoyé un e-mail dans lequel elle expliquait qu’au fil du temps, elle s’était rendu compte que son perroquet était capable de capter ses pensées. Par exemple, si elle lit un magazine, il lui arrive de commenter ce qu’elle regarde. Alors qu’il se trouve dans une autre pièce, il peut dire «Oh, la belle voiture» pile au moment où elle en regarde une. Ou bien il lui dit «Téléphone à Bob» à l’instant même où elle l’avait pensé. Et plusieurs fois, le perroquet l’a réveillée en commentant la scène qu’elle était en train de rêver. Une fois, par exemple, elle était en train de rêver qu’elle allait enregistrer quelqu’un sur un magnétophone et s’apprêtait à appuyer sur le bouton, quand elle fut réveillée par le perroquet en train de crier «Appuie sur le bouton !».

Je suis donc allé voir cette femme à Manhattan. Nous avons fait des tests. Par exemple, nous avons regardé des images et tandis que nous hésitions encore pour savoir sur laquelle nous allions nous concentrer, au moment où Aimée regardait celle d’une petite fille, de l’étage supérieur nous est venue la voix du perroquet «That’s a girl !». J’étais sidéré !

Nous avons donc conçu un protocole expérimental. Nous avons choisi 150 photos de sujets dont le perroquet possède le vocabulaire, qui ont été enfermées dans des enveloppes scellées par une tierce personne ignorant tout du sujet. Puis ces enveloppes, rangées de façon aléatoire, ont été confiées à Aimée, qui a été enfermée dans une pièce et filmée par une caméra, tandis que le perroquet était enfermé dans une autre pièce, à un autre étage et filmé lui aussi.

L’expérience consistait à ouvrir les enveloppes dans l’ordre aléatoire, puis à les ouvrir une par une en restant concentrée pendant deux minutes sur chacune. Le résultat fut frappant : devant des témoins objectifs, le perroquet a prononcé les mots correspondant à ce que sa maîtresse regardait un nombre considérable de fois – beaucoup plus souvent que si cela avait été le fruit du hasard.

D’après ce test, le perroquet est réellement télépathe. Bien sûr, il s’agit là d’un perroquet exceptionnel, entraîné par une personne qui lui est entièrement dévouée.»


(1) Théorie des champs morphiques de Rupert Sheldrake :
Théorie selon laquelle toutes les formes, minérales ou biologiques, comportementales ou physiques, obéiraient à des «champs» inconnus de la science actuelle. De nature non énergétique, ces champs constitueraient une mémoire des formes, régie par des lois de résonance dont la plus frappante est que plus la matérialisation d’une forme se répète, plus son champ se renforce par delà l’espace-temps. Plus un produit se cristallise souvent, plus la forme de son cristal est stable ; plus les gens font du vélo, plus l’apprentissage du vélo leur est facile. Et une société qui inventerait une attitude radicalement nouvelle influencerait toute l’humanité, même si elle était isolée sur une île inconnue.

http://www.oiseauxparleurs.org/site.php?page=anecdotes&lang=fr
Revenir en haut Aller en bas
http://vegan-survivor.blogspot.com/
fandeparrot
Administratrice
avatar

Féminin
Scorpion Cheval
Nombre de messages : 3666
Age : 27
Localisation : Loire Altantique
Emploi/loisirs : étudiante en biologie/éthologie
Date d'inscription : 15/03/2008

MessageSujet: Re: Les perroquets et la télépathie   Ven 2 Jan - 11:07

C'est super intéressant! Wink

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://elevage-psittacides.e-monsite.com/
 
Les perroquets et la télépathie
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Congrès sur les perroquets, Ténérife, septembre 2010
» Vive la télépathie
» Etiopathie
» Telepathie
» odeurs, poussières, plumes et chlamydia psittaci

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Les perroquets par espèces et mutations :: Les espèces-
Sauter vers: